• Accueil
  • > Asuka
  • > Le Fleuve Shinano T.1 (Kazuo Kamimura – Hideo Okazaki)

Le Fleuve Shinano T.1 (Kazuo Kamimura – Hideo Okazaki)

280big.jpgEn décembre 1918, de l’an Taishô, naît Yukié Takano dans la région de Tôkamachi-na-kaùo. Cette région situé sur le bassin de la shinano occupe une position délicate de part sa proximité au fleuve. Soumis aux caprices du fleuve, elle est victime d’innombrables crues, rendant ses paysans pauvres et les obligeant à adopter un mode de vie douloureux et éprouvant. De sorte que la naissance d’un nouveau-né les obligent à s’en séparer immédiatement sous peine de mettre en périble leur situation déjà si précaire. Cette triste réalité rend donc encore plus marquant la naissance de Yukié. Issue d’un milieu aisé, celle-ci va  marquer à jamais la vie du jeune Tatsukichi. Triste à l’idée de devoir quitter un viel ami, Tatsukichi entre en service chez le maître Takano. C’est dans cette maison qu’il fait la rencontre de sa fille, Yukié, rencontre qui restera gravé à jamais dans le coeur de Tatsukichi. Hatissant  railleries et  jalousies, il va progressivement tisser des liens d’amitiés avec la jeune fille. Jusqu’au jour où ceux-ci vont se transformer en amour… Après l’excellent LadySnowblood (paru en 2 volumes chez Kana), Asuka nous offre un nouveau manga de Koike Kamimura. Cette fois-ci, accompagné d’Hidéo Okazaki.

Attendu avec impatience par de nofleuve1.jpgmbreux fans, on retrouve avec délectation les sublimes (et le mot est faible) dessins de Kamimura. Son sens du réalisme, du découpage et de la disposition graphique font  office de véritables modèles du genre. Alternant avec intelligence, plan large et plan rapproché, il maintient le lecteur en haleine et l’immerge totalement dans le récit. Plongé dans les paysages enneigés de Tokamachi-na-kauo, on s’évade totalement. Et que dire de ces personnages? Somptueux, lyrique, émotionnelle, intime et terriblement réaliste. Par ces traits, on se met dans la peau du personnage. On se surprend à ressentir et éprouver leur peine et joie.  Cette caractéristique est d’autant plus importante quand on parle d’amour. L’émotion est donc très bien rendue et nous submerge de part en part du récit. Après nous avoir attelé à tirer l’éloge de ce dessinateur de talent, tournons nous vers le scénario. Si l’immersion s’est révèle bien présente au niveau graphique, elle l’est moins au niveau de la trame narrative du « Fleuve de Shinano ». Cette histoire d’amour, sur fond de tendresse et de lyrisme, se révèle classique et beaucoup trop prévisible. Même si on est pris par les personnages, par la douleur et les émotions qu’ils véhiculent, on aurait voulu plus de profondeur et de consistance par rapport aux actes qu’ils accomplissent par la suite. De la surprise, des rebondissements et des révélations auraient été les bienvenus pour secouer cette histoire somme toute linéaire et sans véritable saveur. Le thème de l’amour, maintes fois utilisées, aurait pu être montré sous un autre jour, par les dessins chargés d’émotions de Kamimura. Hors, par la faiblesse du scénario, on ne profite pas assez de cette alchimie possible entre ces deux auteurs.

 fleuve2.jpg

Mais soyons honnêtes, ce manga reste à conseiller si ce n’est que pour les moments de lyrisme et de poésie que nous délivre Hidéo Okazaki et les splendides dessins que nous gratifient Kamimura qui semble littéralement sortir des estampes japonaises d’Utamaro, Hokusai ou Hiroshige. Un pur régal pour les yeux. L’homme aux 400 pages par mois n’en a pas fini de nous régaler et de nous faire rêver à travers ses paysages pittoresques et ses portraits sublimes. A réserver donc aux amoureux de ce virtuose du dessin qu’est Kamimura et aux autres qui veulent découvrir l’amour à travers les yeux de cette jeune fille sensuelle, amorale et sans pitié… 

Editeur: Asuka (www.asuka.fr) / Prix: 9,95€ / 150 mm x 210 mm/ 224 pages N&Blc / Sortie: disponible en librairie

© Couverture: Asuka

Les commentaires sont fermés.