Archive de la catégorie ‘Casterman’

Carole Baldwin T. 13 (Taymans)

Jeudi 25 octobre 2007

carolinebaldwin1.jpg Caroline est une jeune détective d’origine indienne, belle et intelligente. Ses enquêtes palpitantes la mènent aux quatre coins du globe. Héroïne attachante, délicate et courageuse, elle apprendra sa séropositivité à la fin du tome 5 et début du tome 6.Dans ce treizième album, Caroline Baldwin nous emmène dans le grand nord canadien plus précisément dans la petite communauté d’Ivulvik (en plein pays inuit). La raison de ce voyage : la réception d’un mystérieux courrier à l’attention de son grand-père disparu depuis cinq ans. Derrière ce périple se cache une sombre histoire d’adultère qui la poussera à enquêter sur la vie de son grand-père. Au-delà de cette affaire, elle découvrira que le village d’Ivulvik est menacé d’être englouti par les eaux suite à la fonte des glaces ; dès lors les autorités décident de déporter les habitants mais elles subissent l’opposition entière de la communauté d’Ivulvik qui tentent de sauvegarder un lourd passé…

Comme pour les douze premiers albums, le scénario est très bien ficelé et rythmé. Chaque élément de l’enquête se révèle progressivement au fil du récit tout en tenant en haleine. Le dessin « ligne claire » et le style très aéré collent parfaitement à l’histoire et parviennent à nous plonger dans l’atmosphère froide et lourde de ce village perdu en plein territoire sauvage du nord du Canada.Ce tome 13 nous permet d’entrer dans l’histoire de la famille de Caroline Baldwin et d’en découvrir un peu plus sur les origines de notre héroïne.L’auteur aime traiter de sujets d’actualité et cet album ne déroge pas à la règle. Les dangers du réchauffement climatique et la fonte des glaces sont au centre de cette aventure. André Taymans nous montre que la bande dessinée peut jouer le rôle de média auprès du public et aider à la compréhension de certains problèmes de société.

Au fil des épisodes Caroline Baldwin confirme son statut d’héroïne intemporelle telles que Yoko Tsuno ou Natacha et c’est avec plaisir qu’on la redécouvre à chaque album.

Editeur: Casterman (www.casterman.com) / Prix: 9,80 €  / Format: 226 mm x 303 mm / 49 pages Couleurs / Sortie: disponible en librairie

Copyright de la couverture: © Casterman

La Montagne Magique (Taniguchi)

Mardi 9 octobre 2007

97822030032240g.jpg Lorsque Ken’ichi et sa sœur apprennent que leur mère est victime d’une grave maladie et va être hospitalisée, c’est le désarroi au sein de cette famille. Ces deux enfants tous jeunes se retrouvent isolés avec comme seul réconfort la présence de leur grands-parents.

Ken’ichi, orphelin de son père, passe ses journées à déambuler dans la montagne et à visiter les moindres recoins des ruines du château bordant les alentours. Jusqu’au jour, où il fait une rencontre surnaturelle et extraordinaire. Une Salamandre entre en contact avec lui. Celle-ci lui annonce q’en échange de sa libération, elle exaucera n’importe quels vœux que le garçon formulera.

Cette étrange rencontre amènera Ken’ichi a affronter ses peurs et faire preuve d’un grand courage pour ramener la créature vers la source merveilleuse où elle vivait. Avec comme seul souhait, celui de sauver sa mère. Sans conteste, la première bande dessinée européenne de Tanigushi est une réussite. Ce passage si délicat entre la création d’un manga et celle d’une bande dessinée est éludé de main de maître par ce monument de la bande dessinée asiatique qui est Tanigushi.

Habitué de publier ses mangas en version française, Casterman a eu l’excellente idée de donner l’opportunité à cet auteur de s’illustrer sur grand format, dans une édition très bien présentée et soignée. Un véritable bonheur pour tout fan de Tanigushi qui se respecte mais également une opportunité pour tous les lecteurs de bande dessinée de connaître ce géant du manga.

La Montagne magique pourrait se définir comme une magnifique fresque onirique remplie d’amour et d’émotion. C’est une véritable invitation aux rêves auxquelles nous convie Taniguchi. Toujours très habile lorsqu’il s’agit d’expliquer les relations humaines, Tanigushi nous montre ici l’amour incommensurable et inébranlable que les enfants ont pour leurs parents.

Dans ce conte débordant d’espoir et de tendresse, on suit avec plaisir l’aventure de ces deux enfants prêts à tout pour sauver leurs parents. Grâce à son dessin remarquable et d’une émotion sans pareille, on se laisse envahir par les décors somptueux de cet amoureux de la nature, des animaux et de la vie, tout simplement. Une réussite !!!

Editeur: Casterman (www.casterman.com) / Prix: 13,75 €  / Format: 226 mm x 303 mm / 72 pages Couleurs / Sortie: disponible en librairie

Copyright de la couverture: © Casterman
 



 

Le Tueur T.6 (Jacamon – Matz)

Lundi 8 octobre 2007

LE TUEUR TOME 5Le tueur, l’homme dont on ne connaît pas le nom est un homme froid et solitaire ; bref il a toutes les qualités nécessaires pour exercer son métier d’exécuteur.

Cette fois, le tueur semble avoir déposé les armes pour jouir d’une vie paisible au Venezuela. Pourtant lorsqu’il est contacté par un mystérieux commanditaire sous le conseil Mariano son vieil ami, le tueur accepte. Après tout, il est peut-être trop tôt pour prendre une retraite anticipée. De plus, on n’efface pas une réputation d’assassin simplement en se retirant du circuit.

Mais l’affaire ne sent pas bon ; quelque chose se cache derrière ces trois meurtres. Éliminer un banquier et un courtier international ne lui pose aucun problème mais lorsque la troisième victime désignée est une religieuse, le tueur hésite. Pourquoi tuer une religieuse dont la vie se partage entre Dieu et les pauvres des bidonvilles ?

Le tome 6 du Tueur se place dans la droite lignée de ces prédécesseurs.La mise en scène est toujours particulièrement bien soignée et impressionnante ; à titre de comparaison, on pourrait presque y voir des réminiscences de la trilogie mettant en exergue les aventures de Jason Bourne (La mémoire dans la peau ; la mort dans la peau ; la vengeance dans la peau). D’ailleurs le coté froid et solitaire du tueur fait parfois penser au héros de ces trois films.

Autre atout, le scénario, bien ficelé apporte toujours son lot de surprise au fur et à mesure que les planches défilent. Pages après pages, on se sent happer par la tension et le suspens qui règnent dans cet album. Bref, il s’agit encore une fois d’un scénario béton, digne des meilleurs films hollywoodiens.L’ambiance est toujours aussi bien retranscrite. Pour obtenir ce résultat, l’auteur manie parfaitement les couleurs (tons ocres et jaunes) mais il ajoute également une touche de réalisme dans son dessin des armes, voitures et architectures qui nous transpose véritablement dans l’univers souvent violent et oppressant du tueur. Le seul défaut que l’on peut lui attribuer, c’est l’attente du septième tome.

Editeur: Casterman (www.casterman.com) / Prix: 9,80 €  / Format: 226 mm x 303 mm / 46 pages Couleurs / Sortie: disponible en librairie

Copyright de la couverture: © Casterman