Archive de la catégorie ‘Dupuis’

Kogaratsu – T.11 Fournaise (Michetz – Bosse)

Jeudi 24 avril 2008

kogaratsu11.jpg

Kogaratsu, samouraï renommé et redoutable, nous revient dans le japon tumultueux du XVIIe siècle après plus de 5 ans d’absence.  Une longue absence qui se devait d’être comblée au plus vite sous peine d’oublier cette série aux multiples talents. C’est chose faite avec «  Fournaise », le nom du onzième album de cette série qui a vu le jour dans Spirou en  1982. Au repos après d’âpres combats, Kogaratsu ne pensait pas reprendre les armes de sitôt. Mais on ne contrôle pas son destin, encore moins son passé qui a pour vilaine habitude de ressurgir à la surface au moment le moins opportun. Alors quand une femme sans visage,  lui dépose un Keiko en or, Kogaratsu sait qu’il va devoir affronter les pires dangers et faire preuve de courage, de force et de vigueur pour arriver à ses fins. Un onzième album plaisant, dans la continuité de la série, agrémenté d’un dessin onirique, d’une mise en couleur parfaitement adapté à l’époque et d’un scénario classique mais efficace.

Editeur: Dupuis (www.dupuis.com) / Prix: 10,40 € /56 pages Coul. / Sortie: disponible en librairie

© Couverture : Kogaratsu par Michetz  et Bosse.  © Dupuis 2008

La Terre sans mal (Lepage – Sibran)

Mardi 22 avril 2008

terresansmal.jpg

Voici une réédition que l’on attendait depuis longtemps. Sortie en  1999, les aventures d’Eliane Goldschmidt, jeune et belle linguiste française, n’était pas passé inaperçu. Il était donc logique que Dupuis ressortent, sous leur nouvelle maquette Air Libre, « La Terre sans Mal », une nouvelle édition conforme à l’original et agrémentée d’un cahier de croquis. C’est avec délice que nous redécouvrons les magnifiques dessins d’Emmanuel Lepage, agrémentée d’une mise en couleur directe tout bonnement fantastique. L’immersion est totale. La jungle d’Amérique du Sud vient à nous et nous plonge dans les coutumes et traditions d’une tribu indienne, les Mbyas, à la recherche de cette fameuse « Terre sans mal ». Une véritable invitation au voyage, à un voyage initiatique, lyrique, épique mêlant avec douceur et émotion les contes et légendes indiennes. Un subtil mélange qui met également en exergue les relations humaines entre les indiens et les européens, si complexes et intéressantes, qu’elles rendent cet album enrichissant à plus d’un titre. Une (re) découverte qui ne manquera pas d’en séduire plus un tant cet album recèle des qualités évidentes qui méritent d’être une nouvelle fois mise en avant auprès du grand public.

Editeur: Dupuis (www.dupuis.com) / Prix: 18,00 € /72 pages Coul. / Sortie: disponible en librairie

© Couverture : La Terre san Mal par Lepage et Sibran.  © Dupuis 2008

Jojo T.17 – Confisqué ! (André Geerts)

Mardi 22 avril 2008

jojo17.jpg

Il existe des objets qui par leur valeur émotionnelle et sentimentale n’ont pas de prix. Des objets qui nous évoquent de bon ou de triste moment et qui constitue des souvenirs impérissables. La montre du papa de Jojo fait partie de ceux-ci. Transmises de père en fils depuis des générations, cette montre symbolise la volonté et l’abnégation dont un des membres de la famille a fait preuve pour lutter et s’affirmer dans le monde du travail.  C’est au tour du Jojo de recevoir cette montre, vieille de cent trente-ans. Fier d’être l’heureux propriétaire de cette montre, Jojo n’hésite pas à l’amener à l’école pour la montrer à tous ces camarades de classes. Mais c’était sans compter sur la vigilance d’Antoine Fronsse, le directeur de l’école, bien décidé à faire régner l’ordre et la discipline dans sa classe où les objets ludiques et futiles n’ont pas sa place…

Dans ce 17ème album,  Jojo se retrouve encore dans le pétrin. Sa montre confisquée, il va tout faire pour la récupérer avec l’aide de Gros Louis. Ces deux-là font la pair et n’en rate pas une pour nous divertir avec leurs idées saugrenues. Une sympathique histoire qui nous replonge dans le monde délicieux et adorable de l’enfance où l’innocence et la gentillesse règne en maître. Une enfance où les rêves et les espoirs sont permis. André Geerts, par l’intermédiaire de Jojo, nous rappelle les délices de l’enfance et à quel point  nous restons de grands enfants.

jojo17f02c1.jpg

Editeur: Dupuis (www.dupuis.com) / Prix: 9,20 € /48 pages Coul. / Sortie: disponible en librairie

© Couverture et Extrait d’une planche: Jojo par Geerts.  © Dupuis 2008

Haute Sécurité T.1 et T.2 Cycle 1 (Gihef – Callede)

Samedi 19 avril 2008

hautesecurite1.jpg

Avec Haute Sécurité, Carrère et Gihef vous invite dans l’enfer du monde carcéral. A travers un homme, Aleks, jeune gardien de prison, qui découvre avec effroi et stupeur ce dur métier. Un monde où la loi du plus fort règne un maître. Où les prisonniers se réunissent en gang et imposent leur vision, leur loi. Et gare à ceux qui ne veulent pas les respecter sous peine de se retrouver hors jeu. Vivre aux côtés de ces criminelles imprévisibles, agressifs et dangereux n’en rend la tâche d’Aleks que plus dure. Surtout qu’il doit également faire face à ses collègues émoussés psychologiquement et à deux doigts d’exploser. Et si cela ne suffisait pas,  deux meurtres viennent de survenir dans cette prison. Avec un indice, un mot : « Rat ». Aussi énigmatique qu’étonnant, ces meurtres suscitent l’interrogation et l’effroi au sein du pénitencier. Au point que le FBI mène l’enquête pour découvrir qui est derrière ces deux crimes odieux… hautesecurite2.jpg

Dans Haute Sécurité, on découvre l’atmosphère terrifiante des prisons mais avec une tel exactitude, une telle justesse qu’on s’y croirait. La tension entre les gardiens et les prisonniers est palpable de même que les relations tendues  avec  les gardiens entre eux. Une véritable guerre psychologique est lancée et malheur à celui qui s’avérera le plus faible. Aidé par des dessins tout en finesse et en réalisme, certaines « gueules » nous donnent des frissons dans le dos et rendent l’histoire d’autant plus passionnante et crédible. Bien ficelé et rondement mené, Haute sécurité, cycle 1, aborde intelligemment le monde carcéral et offre un premier cycle qui se démarque des autres thrillers par son thème et les sujets qu’il aborde.

Editeur: Dupuis (www.dupuis.com) / Prix: 10,40 € /48 pages Coul. / Sortie: disponible en librairie

© Couverture et Extrait d’une planche: Haute sécurité par Gihef et Callède.  © Dupuis 2008

Spirou et Fantasio par Emile Bravo – Le Journal d’un ingénu

Samedi 29 mars 2008

spiroulejournalduningnu.jpg

Après avoir sorti fin de l’année 2007, un troisième one-shot sur les aventures de Spirou et Fantasio dessinée par Tarrin et scénarisée par Yann, voilà que Dupuis nous en sort un quatrième quelques mois plus tard, fort du succès du précédent. Confié cette fois-ci aux mains expertes d’Emile Bravo, auteur notamment des aventures de Jules chez Dargaud, ce nouveau one-shot est disons-le tout de suite somptueux. Depuis quelques années, Dupuis a eu l’idée de développer ces « one-shot » pour relancer sa série Spirou et Fantasio et lui donner une seconde jeunesse par le biais d’auteurs à la fois réputés et imaginatifs, qui se sont réappropriés l’univers de Spirou tout en lui ouvrant différentes perspectives. Dans les trois premiers one-shot, l’aventure était omniprésente et les références à la série mère nombreuses. Mais dans « Le journal d’un ingénu », on ne retrouve ni les méchants atypcase1planche1.jpgiques de la saga ni robot ou autres engins démoniaques destinés  à contrecarrer les plans de nos braves Spirou et Fantasio. Emile Bravo, lui, a préféré retourner à l’essence même de ce personnage. Ce groom, toujours en habit de fonction, sympathique, gentil et attachant, en se posant des questions sur sa vraie nature: Que Spirou désire-t-il ? Quelles sont ses ambitions et perspectives ? A-il connu l’amour? Quelles sont ses convictions politiques et son avis sur la politique actuelle ? Et bien d’autres encore… Tant de questions qui méritaient d’être éclaircies et dont les réponses sont exposées avec brio par le talent et l’audace d’Emile Bravo. On ne pouvait rêver plus bel hommage à Spirou que ce quatrième one-shot au style léger et épuré où souffle un doux parfum de nostalgie nous rappelant nos bandes dessinées d’antan. La bande dessinée qui par son trait et son histoire nous touche et nous fait regretter la fin de l’histoire. Avec « Le Journal d’un ingénu », on fait un bond de 70 ans en arrière pour se retrouver en plein dans les périodes troublées de l’avant-guerre. A Bruxelles, plus précisément au Moustic Hotel, où se déroule une réunion secrète entre Karl Von Glaubitz, premier secrétaire du ministre allemand des affaires étrangères et des représentants polonais en pleine discussion sur le sort de la Pologne. Réunion capitale qui pourrait décider de l’entrée en guerre de l’Allemagne. Officiant comme groom à cet hôtel, Spirou va faire la connaissance d’une charmante domestique dont il va tomber amoureux. Elle va lui faire découvrir la vie, la politique et tant de choses qui vont permettre à ce Spirou, si innocent et naïf d’ouvrir grand les yeux sur le monde. C’est également aux abords de cet hôtel qu’il fera la rencontre du fantasque Fantasio décidé à réaliser le scoop de l’année par l’entremise des informations que Spirou lui donnerait sur les résidents de son hôtel. Intrépide et sûr de lui, il fera tout pour décrocher le scoop de l’année et ce, au détriment de certaines règles qui pourraient avoir de grave conséquence sur l’avenir du pays tout entier…

case7planche2.jpg

« Le journal d’un ingénu » est une petite merveille scénaristique et graphique. Un mélange à la fois harmonieux et audacieux pour un Spirou si naturelle et vrai. Loin des grandes aventures auxquelles nous avaient habitué ces prédécesseurs, on retrouve dans Spirou, le jeune homme, tracassé par son envie d’aider les autres, émerveillé par la découverte de l’ amour et du monde et étonné par sa rencontre atypique avec son nouvel ami farfelu, Fantasio. Petit déjà, nous rêvions tous de poser les questions que Emile Bravo aborde dans ce livre. Vous n’imaginez donc pas le bonheur du lecteur de pouvoir enfin avoir une partie des réponses à ces questions qui étaient secrètement enfouies au fond de notre tête et dont nous n’osions et n’espérions jamais de réponse. Un pur bonheur, un rêve devenu réalité  qui plus est dépasse également nos attentes tant l’émerveillement en lisant ce livre est présent. Avec un final accrocheur et poignant, on en vient à regretter de tourner les dernières pages de cet excellent one-shot. Nous ne pouvons que vous conseillez de vous procurer au plus vite cette petite perle qui fait honneur à la bande dessinée belge et qui valorise haut et fort nos couleurs et notre pays qui en a tant besoin. Un bijou ! 

Voir les deux premières planches:

Spirou et Fantasio
Album : Spirou et Fantasio
Emile Bravo
2 images
Voir l'album

Editeur: Dupuis (www.dupuis.com) / Prix: 13,00 € /72 pages Coul. / Sortie: 02/04/2008

© Couverture et Extrait d’une planche: Spirou et Fantasio par… (Une aventure de) par Bravo.  © Dupuis 2008

12