Le Fleuve de Shinamo T.2 (Kazuo Kamimura – Hideo Okazaki)

27 avril 2008

fleuvedeshinamo1.jpg

Lors de la lecture du tome 1, nous avions été subjugués par la beauté des dessins de Kamimura, par la sensualité, la tendresse et l’ambivalence des personnages et par cette romance si douce, si agréable et au final si cruel. C’est avec un pincement au cœur que nous avions fermé ce livre, véritable voyage offert aux lecteurs à travers les splendides paysages du Japon du XXe. Nous attendions dès lors le deuxième tome avec la plus grande impatience. Véritablement envouté par les dessins de Kamimura, nous étions déjà admiratifs de la couverture : à la fois triste et sensuel comme ce deuxième tome qui clôture magistralement cette histoire d’amour poignante et déchirante. Deux tomes indispensables tant par le dessin que par l’histoire remplie d’émotion.

Editeur: Asuka (www.asuka.fr) / Prix: 9,95€ / 150 mm x 210 mm/ 224 pages N&Blc / Sortie: disponible en librairie

© Couverture: Asuka

Dragon Ball Z – Les Saïyens – 1re partie (Akira Toriyama)

27 avril 2008

dgz.jpg

Qui n’a jamais entendu parler de Dragon Ball ? Ce manga mythique crée par Akira Toriyama et qui permit au pays francophone de s’intéresser définitivement au manga. De réédition en réédition, on n’en finit plus de relire avec plaisir ce shônen culte. Rééditer sous forme de petit coffret regroupant chaque fois deux volumes et offrant un sens de lecture japonais, Dragon Ball ravit les fans et n’en finit plus de conquérir un lectorat avide de conquêtes, de batailles et d’actions. Mais l’absence de nouveautés autour de la série se faisait cruellement ressentir. Glénat se devait de réagir et de trouver une astuce pour redynamiser leur produit star. Et ils l’ont bien compris puisqu’ils ont achetés à la Shueisha les droits de licence de Dragon Ball Z (Anime comics de la série télé). Attendu depuis plusieurs mois par de nombreux fans, ils ont enfin droit à la nouveauté « Dragon Ball ». Cette nouveauté ne se retrouve pas dans l’histoire de ce premier tome qui est connu de tous, puisque publiée préalablement dans la série mère « Dragon Ball », mais dans la mise en scène des pages et la mise en couleur de celle-ci. Basée sur la série animée la plus longue de Dragon Ball (291 épisodes), ce manga offre un photomontage de chaque épisode de l’animée. Des screenshots et des bulles me direz-vous ! C’est effectivement, un peu comme cela. On aurait pu croire que le récit deviendrait de ce fait, délicat à mettre en place et manquerait de rythme avec ces screenshots mais s’avère, au contraire, dynamique et très agréable à lire. Le seul reproche que nous pouvons faire réside dans la qualité des images. Celles-ci ne sont pas des mieux définies et manque de fait, de profondeur. Mis à part cela, ce premier tome permettra au lecteur d’obtenir une nouvelle vision de cette saga, enrichie de couleurs et de nouvelles couvertures. Nul doute que les fans de la série apprécieront et se régaleront de redécouvrir l’histoire de Songoku et l’apparition de Songohan. Dans ce premier tome, Songoku sera confronté à une dure réalité, il va découvrir ses origines et se rendre compte que ce n’était pas tout à fait ce qu’il espérait. Il rencontrera sur sa route, son frère, Raditz, bien décidé à le faire revenir sur le droit chemin sous peine de l’éliminer…

Editeur: Glénat (www.glenatmanga.com) / Prix: 7,50€ / Format: 130 x 180 mm / 176 pages Couleurs / Sortie: disponible en librairie

Copyright de la couverture: © Glénat

Le Portrait de la Petite Cosette (Asuka Katsura)

26 avril 2008

petitecosette.jpg

« Petite Cosette ». Sous ce nom d’ange, se cache en vérité, une jeune fille étrange et mystérieuse au dessein sombre. Dessein qui sera lié à Eiri, un jeune antiquaire, qui fait sa connaissance et se laisse littéralement envouté par la beauté et le charme de cette petite Cosette. Au point de faire tout ce qu’elle désire… Ce premier tome nous livre un poème envoutant, sombre et dramatique de cette petite jeune fille, dont le fantôme erre sans cesse sans trouver le repos éternel. Heureusement, Eiri lui viendra en aide afin de soulager son âme. Sous une mise en scène habille et malgré une lecture parfois ambigu, Petite Cosette se démarque des autres mangas en traitant cette fable de manière poétique et avec un certain lyrisme qui ne manquera pas de plaire à un certain lectorat. A découvrir…

Editeur: Asuka (www.asuka.fr) / Prix: 7,95 € / Format: 127 x 182 mm / 224 pages N&Blc / Sortie: disponible en librairie

Copyright de couverture: © Asuka

C’est pour ça que je t’aime (Kyoko Kashimoto)

25 avril 2008

cestpourca.jpg

Faire confiance à l’être aimée n’est pas chose aisée. Alors quand Hinano apprend que Katsu, son petit ami, qui met en scène une pièce, travaille avec Juri Katsura, une très belle jeune fille, son sang ne fait qu’un tour. Elle assistera à toutes les répétitions. N’en déplaise à Katsu ! D’autant plus, que Katsura aurait un faible pour Katsu… Mais lors de ces répétitions, c’est Hinano qui fait la rencontre de Sei, un dragueur, ne rêvant que d’une seule chose, sortir avec elle. Que l’amour peut parfois se révéler mystérieux et inattendu. Avec tendresse et légèreté, on suit l’évolution des sentiments de ces deux êtres qui ne manqueront pas de nous étonner et nous passionner. Un mignon manga sur fond d’érotisme et de sensualité.

Editeur: Asuka (www.asuka.fr) / Prix: 6,95 € / Format: 112 x 170 mm / 192 pages N&Blc / Sortie: disponible en librairie

Copyright de couverture: © Asuka

Kogaratsu – T.11 Fournaise (Michetz – Bosse)

24 avril 2008

kogaratsu11.jpg

Kogaratsu, samouraï renommé et redoutable, nous revient dans le japon tumultueux du XVIIe siècle après plus de 5 ans d’absence.  Une longue absence qui se devait d’être comblée au plus vite sous peine d’oublier cette série aux multiples talents. C’est chose faite avec «  Fournaise », le nom du onzième album de cette série qui a vu le jour dans Spirou en  1982. Au repos après d’âpres combats, Kogaratsu ne pensait pas reprendre les armes de sitôt. Mais on ne contrôle pas son destin, encore moins son passé qui a pour vilaine habitude de ressurgir à la surface au moment le moins opportun. Alors quand une femme sans visage,  lui dépose un Keiko en or, Kogaratsu sait qu’il va devoir affronter les pires dangers et faire preuve de courage, de force et de vigueur pour arriver à ses fins. Un onzième album plaisant, dans la continuité de la série, agrémenté d’un dessin onirique, d’une mise en couleur parfaitement adapté à l’époque et d’un scénario classique mais efficace.

Editeur: Dupuis (www.dupuis.com) / Prix: 10,40 € /56 pages Coul. / Sortie: disponible en librairie

© Couverture : Kogaratsu par Michetz  et Bosse.  © Dupuis 2008

123456...17